Storytelling : pour un décollage réussi

S’il est un concept magique pour faire briller les mirettes de tout entrepreneur avisé, c’est bien celui-ci : le storytelling. A moins de travailler dans l’espace, il est fort probable que vous en ayez entendu parler comme le Saint Graal des entreprises en mal de notoriété et d’image. Car on n’aura de cesse de vous le rabâcher, ce qu’il vous faut pour être une belle marque c’est avant tout de belles histoires.

Si l’idée séduit plus d’un entrepreneur, la mise en application d’une véritable stratégie de storytelling s’avère assez délicate dans la mesure où elle demande beaucoup de temps et de réflexion. Il est indispensable de se munir d’une méthodologie bien affutée pour parvenir à un résultat concluant. Si le sujet mérite des heures et des heures de dissertation, voici quelques notions de base pour vos premiers essais.

Vos histoires à portée de clavier

On se demande souvent quelles histoires on va pouvoir inventer alors que sans le savoir, on en a déjà plein sous la main.

Il ne s’agit pas de raconter votre propre histoire, car malheureusement, vous n’iriez pas bien loin. D’autant plus que rares sont les entreprises dont le parcours ressemble à une épopée.

Les histoires dont on vous parle ici sont toutes celles qui se cachent derrière vos prestations, ces aventures petites et grandes qui émanent de votre quotidien. Et à en écouter vos discussions passionnées à la pause déjeuner, vous en avez des centaines qui fourmillent dans les tiroirs. Bonne nouvelle, c’est le moment de les exploiter !
Il vous suffit alors de mettre en récit votre expérience, en allant directement à l’essentiel, ce pourquoi votre lecteur est venu, soit le bénéfice, la valeur ajoutée que votre travail aura apportée au client.

La curiosité : votre meilleur allié

L’une des clés d’un bon storytelling se situe dans sa capacité à susciter la curiosité du lecteur. Cet aspect est essentiel pour accrocher votre audience. Pour cela, il ne faut pas hésiter à jouer sur le suspense et faire un peu de teasing à travers votre titre ou même en amont de votre publication, via les réseaux sociaux par exemple. Ces derniers sont particulièrement adaptés à la narration et vont vous permettre à travers quelques indices visuels et textuels de faire naître l’intérêt chez votre cible.

Cette démarche doit également se retrouver au sein de votre récit qui devra entretenir le suspense quant au dénouement. Il est essentiel d’insérer des rebondissements pour donner du rythme à votre histoire.

Ne vous trompez pas de héros

Forcément, vous êtes au coeur du sujet, forcément, vous avez un grand rôle à jouer, cependant – navrée de vous l’apprendre – vous ne tiendrez pas le premier rôle.

L’une des premières erreurs du storytelleur débutant est de s’afficher comme le héros de son histoire et de raconter sa propre aventure. Or vous ne susciterez qu’un intérêt limité de cette manière.

Ne perdez jamais de vue que le personnage central de votre récit est celui que vous convoitez, votre lecteur. Vous n’êtes ici que pour l’accompagner dans sa quête, lui apporter votre aide pour démêler son problème et atteindre son objectif. Et quel beau rôle que celui de l’adjuvant, le fidèle compagnon sans qui le personnage central n’irait nulle part.

Finalement, c’est certainement le moyen le plus subtil de vous valoriser.

Alors avant d’écrire quoi que ce soit, posez-vous bien ces questions toutes simples : A quel problème je réponds ? Quelle est l’attente de mon lecteur ?

Illustrez votre récit.

Si les mots sont d’une force indéniable, ne négligez pas non plus le pouvoir des visuels qui à l’heure des réseaux sociaux sont un support incontournable. Ainsi, il est primordial pour tous vos contenus web, de prévoir les images adaptées qui, plus que de simples illustrations, apporteront elles-même de la matière à l’histoire et s’intégreront dans la narration. Cela est particulièrement vrai sur les réseaux sociaux. Vous générerez davantage la curiosité si vous exploitez bien cette dimension visuelle.

N’oubliez pas l’assaisonnement !

Il faut bien l’admettre, vos histoires manqueront parfois d’un peu de sel. Hélas, la vérité peut s’avérer bien fadas quand on s’obstine à restituer tout son vécu à la lettre. Pour le bien de votre narration et pour l’intérêt de votre lecteur, n’hésitez donc pas à “arranger” légèrement le réel, à faire de petites coupes dans les longueurs et de légers ajouts dans les passages creux. L’objectif reste avant tout de produire un contenu riche et efficace, qu’importe les petits aménagements que cela implique.

De même, il est essentiel de bien cadrer votre ton et de trouver votre style. C’est toute l’identité de votre marque qui doit transparaître dans vos textes. N’oubliez pas que vous êtes unique et que vous avez du caractère. Prouvez-le !

Faites voyager vos histoires 

Une fois que vous histoire ont pris forme, il vous faut les mettre en lumière et pour cela, vous n’irez pas loin sans les bons outils.

Le premier outil à portée de main est votre blog d’entreprise (du moins s’il existe). Trop souvent laissé à l’abandon, son potentiel est pourtant considérable si vous l’utilisez pour votre storytelling.

Mais tenir un blog implique certaines contraintes telles que la régularité et la variété des contenus. Si d’ores et déjà vous savez que vous ne vous y tiendrez pas, autant vous dire que c’est peine perdue. En revanche, si vous vous en donnez les moyens, le résultat est garanti !
Et parce qu’un blog n’est en lui-même pas suffisant pour véhiculer vos histoires, il est indispensable d’exploiter les réseaux sociaux pour mieux les propulser auprès de vos cibles.

Post A Comment